FIV – IIU : Comment survivre aux 2 semaines d’attente ?

 

Si tu es dans un parcours de Procréation Médicalement Assistée, que ce soit une insémination intra utérine ou une fécondation in vitro, tu as un suivi médical intense pendant ton traitement. Tu es très encadrée avec une action à réaliser chaque jour ou presque. 

Seulement voilà, maintenant que le transfert est fait, tu vas être seule,

livrée à toi-même. Tu te demandes comment tu vas survivre aux deux semaines d’attente les plus intenses et les plus longues de ta vie.

Si tu as déjà vécu cette période, tu sais de quoi je parle.

Si tu ne l’as pas encore vécue, lis cet article attentivement !

visuel de l'article sur les deux semaines d'attente en PMA

Pourquoi faut-il attendre deux semaines ?

Suite à l’insémination ou au transfert d’embryon, l’attente avant les résultats de la prise de sang est longue. Le corps a besoin de temps : l’implantation de l’embryon (la nidation) a lieu entre 6 et 12 jours après la fécondation de l’ovule par les spermatozoïdes.

L’hormone béta HCG (gonadotrophine chorionique humaine), signe de grossesse, se développe progressivement et peut être indétectable si le test de grossesse (ou la prise de sang) est réalisé trop tôt.

Les symptômes habituels ressentis pendant la période d’attente sont similaires à ceux des menstruations. Ce sont ces symptômes physiques qui font planer le doute : règles ou début de grossesse ?

Ils peuvent être nombreux ou inexistants, chaque femme étant différente : 

  • saignements dus à la nidation ;
  • augmentation de l’appétit ;
  • nausées et vomissements ;
  • odorat développé ;
  • fatigue physique et émotionnelle ;
  • augmentation de la fréquence d’envie d’uriner ;
  • dérangement intestinal (diarrhée, crampes) ;
  • modification de l’aspect des mamelons.

Quels conseils pour survivre aux deux semaines d’attente ?

Les émotions vécues lors de ces deux semaines d’attente jouent souvent aux montagnes russes en quelques minutes, allant de l’euphorie à la tristesse, en passant par l’angoisse, la frustration, l’incertitude… Comment faire pour traverser au mieux cette période intense ?

Se faire accompagner pour atténuer le stress et maîtriser ses émotions

Pour l’avoir vécu moi-même plusieurs fois et pour aider quotidiennement des femmes à traverser cette période, je peux te dire qu’être soutenue et conseillée fait toute la différence. Le soutien peut provenir de ta famille, de tes amis ou d’un thérapeute, pour rendre ces jours un peu plus supportables.

Après un quotidien rythmé par les traitements et les examens pendant plusieurs semaines, te voilà maintenant confrontée à un vide brutal.

Plus aucun traitement, plus de prise de sang, plus d’examen. Rien. L’attente de deux semaines (approximativement) pour connaître le résultat est souvent une période particulièrement stressante pour les femmes ayant fait une Fécondation In Vitro (FIV) ou une insémination artificielle.

Les hormones ont souvent été surdosées juste avant, dans le cadre de la FIV ou de l’insémination. Elles accentuent cet effet de yo-yo émotionnel.

Ces mêmes hormones sont aussi à l’origine de nombreux symptômes très similaires à ceux d’une grossesse et empêchent souvent de penser à autre chose qu’à ça. C’est pour cette raison que je ne te conseille pas d’éviter d’y penser. Je sais très bien que c’est impossible !

Tout te rappelle en permanence que tu viens de faire une insémination ou un transfert : une femme enceinte dans la rue, une publicité, etc.

Dans l’épisode n°1 du podcast, j’ai parlé du système d’activation réticulaire. C’est un ensemble de fibres neuronales qui jouent un rôle d’intermédiaire entre les informations extérieures et celles qui arrivent au cerveau. Pour faire simple, il agit comme un filtre.

Ton cerveau filtre les infos pour faire parvenir à la partie consciente les infos en lien avec ta préoccupation du moment.

C’est ce qui explique pourquoi ces deux semaines sont encore plus compliquées émotionnellement !

Prendre soin de soi

Ton bien-être physique est un aspect à ne pas négliger pendant l’attente (et tout le temps !). Il est aussi important de se sentir bien dans son corps que de retrouver un équilibre émotionnel.

Ton alimentation joue un rôle essentiel pour soutenir ta forme physique. Elle influence aussi ton humeur si tu aimes manger sainement, préparer de bons petits plats. Cuisiner “occupe” ton cerveau, et peut même devenir un moment agréable à vivre en couple.

Prendre soin de soi passe aussi par la beauté. Choisis des moments dédiés à toi seule. Tu peux faire un gommage puis appliquer des lotions, des masques, des crèmes… Ou juste prendre un bain, selon ce qui te fait plaisir. Veille à la qualité de la composition des produits utilisés.

Bien que la première semaine soit compliquée, elle passe encore relativement « vite ».

La 2e semaine, en revanche, est de loin la plus éprouvante !

Tu oscilles en permanence entre la joie et l’excitation à l’idée que cette tentative soit la bonne et que tu sois enceinte… et un sentiment étrange qui te dit que c’est foutu et que ça ne marchera jamais.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai créé un programme en ligne spécial pour t’accompagner quotidiennement durant ces deux semaines, en mode « calendrier de l’avent » : pour chaque jour, un conseil à appliquer !

Je partage avec toi, une technique bien-être à mettre en place chaque jour durant tes deux semaines d’attente.

Et si je l’ai conçu de cette façon, c’est parce que je veux que cette période soit plus simple à vivre pour toi qu’elle ne l’a été pour moi… 

 
 
 FIV PMA IIU Deux semaines d'attente
 
 
 
 
 
 

Découvre comment doubler tes chances de succès pour tes essais bébé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFERT ! 7 preuves qui expliquent pourquoi redevenir actrice de son projet bébé double les chances d’y arriver -->Inscris-toi