1001 fécondités

1001 fécondités

Aujourd’hui, j’avais envie de vous présenter une femme de coeur, qui accompagne aussi des couples en désir d’enfant.

Son histoire me touche beaucoup parce que je me retrouve aussi beaucoup dans son parcours, son histoire a de nombreux points communs avec la mienne, et elle aussi a choisi de faire de cette douleur une magnifique aventure.

Elle, c’est Estelle Phelippeau Métrot, la créatrice de 1001 fécondités.

Lisez bien l’article jusqu’au bout car Estelle vous donne de merveilleux conseils…

 

1001 fécondités…

 

Estelle, avant de nous parler de ton activité, dis-nous qui es-tu et quel est ton parcours ?   Car comme moi, tu t’es servie de ton métier pour aller chercher des ressources pour traverser les épreuves.  Estelle

Je suis une femme qui, un jour, a désiré des enfants, avec son compagnon. Jusque-là, c’est classique ! Sauf que nous sommes de ceux pour qui le parcours aura été plutôt long … mais finalement fécond ! Parcours fécond, avec l’arrivée dans notre vie, par adoption puis PMA, de 3 enfants en 3 ans ; parcours fécond aussi parce qu’il nous a fait grandir … grandir en conscience, grandir en capacité à dire oui à la vie telle qu’elle est, et en joie de vivre une vie différente de notre programme de départ, et tellement plus riche de sens.

Mais pour en arriver là et traverser les nombreuses années d’attentes, transformer la profonde crise de vie dans laquelle cette infertilité m’a plongée, il a fallu des ressources. Parmi les principales, il y a eu l’œil et la boîte à outils de la professionnelle de l’accompagnement que j’étais déjà. Formatrice et coach, formée en thérapies brèves et humanistes, j’ai puisé dans mes approches-de prédilection : PNL, hypnose ericksonienne, dialogue intérieur, systémique, analyse transgénérationnelle,… Ces ressources m’ont permis de dresser comme une cartographie de ces terres inconnues qu’étaient, pour moi, l’infertilité, l’adoption, la PMA, pour ne pas s’y perdre complètement. Et nous avons pu mobiliser et développer nos atouts, pour « jouer cette partie » au mieux du possible et en faire une mésaventure féconde.

 

D’après toi, en quoi est-ce que se faire accompagner est important ?

Quand le désir d’enfant est entravé, que les raisons soient médicalement identifiées ou non, l’accompagnement préconceptionnel, s’avère utile pour l’équilibre psychique, émotionnel et relationnel du couple et de ses membres. Cela permet aussi d’ajuster ses relations avec l’environnement familial, amical, professionnel, médical, de prendre des décisions alignées sur l’éthique personnelle. Et l’on sait aujourd’hui combien ces éléments influent sur le niveau de stress et sur la disponibilité psychique et physique propice à une conception et une grossesse

Personne n’est préparé à vivre une difficulté à concevoir un enfant : d’abord parce que, par définition, nous sommes tous issus de parents et d’ancêtres plutôt féconds ! Ensuite parce que la procréation, si elle n’est pas une fonction vitale pour l’individu, est essentielle pour l’humanité… et que si le fait de ne pas concrétiser son potentiel de reproduction n’est pas un choix, si on ne parvient pas à le mettre en œuvre quand on le désire, c’est source de grandes crises identitaires et d’appartenance : je ne suis pas comme les autres, je suis impuissant(e) à honorer ma dette de vie, …

Dans cette situation pas banale et souffrante en général, tous les aspects de la vie sont peu à peu bousculés : le rapport au corps, la confiance en soi, les relations intimes, de couple, familiales, sociales, la possibilité de se projeter dans le temps, … Alors se faire accompagner n’est pas un luxe, ni un signe de faiblesse ; c’est même au contraire une bonne idée pour répondre aux flots d’émotions et de questions qui émergent cycle après cycle, protocoles après examens. Cela permet de se repérer, s’orienter, se ressourcer, se préparer … C’est essentiel pour traverser cette période éprouvante et cultiver son bien-être, vivre aussi pleinement que possible sa vie, telle qu’elle est maintenant. A cette condition cette histoire peut devenir une histoire porteuse de fécondités pour soi et de bien-naître pour un possible enfant

Si vous souhaitez lire l’article sur l’importance de l’accompagnement, cliquez ici.

 

Pour les connaître, j’adore tes poupées gigognes, peux-tu expliquer ce que c’est ?

Je suis fille d’un marin et d’une institutrice ; ils m’ont transmis pour l’un le goût des cartes de navigation et pour l’autre le sens du partage ! Dans les situations complexes, comme l’infertilité, il me semble essentiel d’avoir une carte. C’est un support pour comprendre un minimum ce qui nous arrive, pourquoi et comment, pour se repérer, faire des choix et agir !
Et ce qui arrive, précisément, est à mon sens, un peu plus qu’une seule histoire de gamètes et de tuyauterie ! C’est cela, en partie, et c’est aussi une histoire humaine et cela engage toutes les facettes de notre humanité.

Aussi, en consultations comme en cercles de fécondité, en formations à destination des professionnels comme en conférences, j’apporte toujours mes poupées gigognes : c’est ma façon de partager une carte pour comprendre et agir dans le cadre des parcours de fécondité.

Les 7 poupées gigognes matérialisent 7 dimensions de notre vie qui sont en jeu : chacun comprend très bien que le désir d’enfant contrarié a des conséquences sur plusieurs aspects de notre vie au-delà du corps physique : toute la vie est bouleversée ! Et beaucoup adhèrent aussi à l’idée que l’incarnation d’un possible bébé passe par la mobilisation de plusieurs dimensions accueillant ce projet et secrétant ce possible nouvel être : le corps physique et des enveloppes plus subtiles.

Si le bébé prend corps à partir des composantes biologiques, physiques – gamètes et utérus compatibles et fonctionnels – de ses géniteurs, il s’inscrit aussi dans l’espace d’un désir et dans la vie psychique de ses parents d’intention – le plus souvent parents d’intention et géniteurs sont les mêmes, mais de plus en plus les choses changent avec l’élargissement socio-médical des possibilités de conception avec don, GPA, …

Ce bébé vient prendre une place dans le cadre d’un espace intime, relationnel : de façon conventionnelle c’est l’espace fait d’alliance, d’échanges affectifs et sexuels, d’un couple, le plus souvent hétérosexuel. Mais pour les couples homosexuels comme pour les célibataires, cet espace de la relation et de l’intimité est bien sûr aussi mis en jeu dans le désir et le projet d’enfant.

L’enfant prend également une place dans une famille élargie et une inscription transgénérationnelle, de même que sociétale.

Le corps social influe aussi beaucoup sur le vécu et la réalisation du projet d’enfant, à la fois à travers ses normes, ses lois, qui confrontent et cadrent, et à travers ses ressources – corps médical, donneurs, réseaux d’aide, … On en vient à « concevoir un enfant avec l’aide de tout un village », ce qui est assez différent du conventionnel « bébé-couette » et suppose une ouverture de nos conceptions, à tous niveaux !

Enfin comme toutes expériences, celles de la conception, de l’infertilité, de la PMA, … se vivent à travers la toile de fond de nos croyances et de notre éthique. Ce que nous croyons à propos de la vie et de la mort, de la nature et de la culture, de ce qui relie les humains entre eux, avec leur environnement et avec un possible au-delà … conditionne nos choix procréatifs.

A ces dimensions incarnées par les poupées gigognes, j’ajoute bien sûr la dimension du temps : le temps linéaire de notre histoire et de nos projets et le temps cyclique de notre attente, de nos espoirs, de nos essais, de nos deuils, de nos réussites.

Celles et ceux que j’accompagne et qui, au-delà des protocoles normalisés, s’offrent la possibilité de considérer leur vécu, de se questionner, de mobiliser des ressources à travers tout ou partie de ses 7+1 dimensions, témoignent d’un sentiment retrouvé de confiance, de sens et de cohérence, de créativité et de fécondité.

 AlignementMultidimensionnel

 

Que sont les cercles de fécondité exactement et à qui est-ce réservé ?

Depuis plusieurs années, je déploie diverses pratiques autour de l’accompagnement préconceptionnel, à destination des couples et des professionnels, à Paris et à Genève, à distance par Skype, et ponctuellement à Montréal.

Parmi ces propositions, les Cercles de Fécondité® réunissent, dans un espace confortable et chaleureux, des femmes qui souhaitent mettre en mots, mettre en mouvement et incarner leur désir d’enfant. Chacune évoque son projet, son parcours, ses questionnements … la parole circule et contribue à la transmission entre femmes. La part belle est donnée au cœur, à l’émotion, et au corps, aux sensations ; je suis attentive à ce que les femmes retrouvent le chemin de leur matrice utérine, réceptive, porteuse de fécondités, à ce qu’elles ouvrent en elles un espace pour accueillir et porter la vie … un bébé ça ne se fait pas qu’avec la tête, des taux d’hormones, des protocoles et un agenda ; ça se rêve, ça s’accueille dans un espace psycho-corporel qui se transforme avant même la conception. En ce sens, les supports visuels et symboliques – cartes associatives, constellations de figurines, … –, les activités ludiques et créatives, très présents, s’associent à des temps de relaxation, d’auto-massage ou bercement, …

C’est important de retrouver des espaces des transmissions entre femmes, en même temps que je développe également, en co-animation, et en réponse à des demandes motivées, des espaces d’échange pour les couples, sous forme de groupes de parole ou d’ateliers autour de jeux de développement personnel comme le Jeu du Tao ou le Jeu de la Transformation.

Dans le champ de la périnatalité, beaucoup de propositions sont faites autour de la grossesse, de la naissance, du post-partum et encore trop peu autour de la conception. Alors, avec les couples et les professionnels qui me font confiance, nous cherchons des façons innovantes d’accompagner sur le plan intime la révolution médicale et sociétale sans précédent qui est en marche dans les modalités du « faire un enfant » et « faire famille ».

 

Quels conseils peux-tu donner aux couples qui attendent impatiemment un enfant ?

Voilà des années que l’on me demande des conseils, et j’ai coutume de dire que mon métier est plutôt de de poser des questions, de suggérer des liens et d’inviter à poser des actes !

Chaque expérience est singulière et chaque personne sait ce qui est juste pour elle … parfois il lui faut juste le miroir d’une écoute et d’un questionnement, bienveillants et professionnels.

Alors si vous attendez, impatiemment, je vous invite à vous offrir une petite pause, à vous poser un moment, avec vous-même, et à faire 2 expériences et laisser résonner mes questions en vous  :

  • VIVRE SON DESIR

Prenez 1 papier, 1 crayon. Ouvrez 1 espace-temps de calme et de disponibilité et vous voilà prêt-e, à écrire à ce possible enfant, à lui parler de votre vie, de votre désir, d’une vie avec lui. Et peut-être vous préfèrerez dessiner, peindre, faire un collage, … Donnez-vous quelques minutes, ou quelques jours, à votre rythme.

Puis, reprenez ce que vous avez réalisé, voyez-le, entendez-le, sentez-le, avec votre cœur, votre ventre, vos cellules, … et enfin demandez-vous :

A travers cette réalisation, ce reflet de moi, « Est-ce que je dis vraiment OUI A LA VIE ? , à ma vie, telle qu’elle est aujourd’hui, telle qu’elle peut être demain ?

Ou est-ce que je laisse la place aux peurs, aux doutes, aux colères, aux regrets, aux tristesses, aux loyautés mal placées, quand je formule ce rêve d’enfant ?

A quel pourcentage je dis oui, non, peut-être ? » Et cela vous avez le pouvoir de le transformer !

 

  • OSER PRENDRE SA PLACE

Encore une fois, 1 papier, 1 crayon, 1 espace-temps de calme et de disponibilité, … et sur la feuille vous dessinez : d’abord vous posez un cercle pour vous représenter, puis vous en placez un autre pour chaque personne concernée, impliquée, de près ou de loin, dans votre projet : un possible enfant, un conjoint, les membres d’une communauté familiale, amicale, professionnelle, les aides auxquelles vous avez recours, un médecin, une infirmière, une sophrologue, une donneuse, …

Posez votre réalisation, prenez un peu de champ et observez là sous différents angles : regardez qui est à quelle place ? quelles sont les tailles des différents cercles et qui prend quel espace ? qui est dans votre espace ? collé à vous ? loin de vous ? … et ressentez si cela est juste ou non ? demandez-vous :

Dans ce projet, suis-je accompagné-e ou seul-e, trop seul-e ? suis-je SOUVERAIN-e, dans ma zone de pouvoir, ou sous influence, assujetti à des protocoles, des autorités, …  ? Est-ce que j’ose prendre ma place, toute ma place, ma responsabilité, rien que ma responsabilité ? demander de l’aide ? poser mes limites ? … et pour répondre un peu plus encore oui à ces questions, permettez-vous au besoin de refaire votre dessin pour qu’il colle à vos aspirations, à votre optimal !

  • CULTIVER LE BIEN-ETRE

A travers ce type d’exercices et questionnements vous orientez vos pensées, vos sensations, vos émotions dans le sens de plus de bien-être dans votre parcours. Vous vous donnez la possibilité de vivre pleinement le présent, comme un cadeau. Je sais que toi aussi Mia tu t’inspires largement de ces principes de la psychologie positive dans tes propositions, parce que tu en as éprouvé les bienfaits.

Et si vous vous sentez toujours impatients, demandez-vous : Qu’est-ce que j’ai le pouvoir de changer maintenant ? Qu’est-ce qui ne dépend pas de moi ou du présent ? Comme Marc Aurèle, demandez : «Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre».
Et interrogez-vous encore : Est-ce qu’en cultivant mon impatience, ça va plus vite ? Pendant ce temps de l’attente, aussi temps de latence, qu’est-ce que je fais de POSITIF, de créatif, de fécond?

 

logo1001feconditc3a9s

 

Si vous souhaitez participer aux Cercles de fécondité

Cycle de printemps : 4 avril, 2 et 23 mai, 13 juin 2016 de 19h à 22h à Paris

 

Si vous souhaitez assister aux ateliers :

« la femme et ses fécondités tout au long de la vie », le 7 février 2016 dans le cadre du Festival du Féminin de Rennes
« Porter et mettre au monde ses projets », le 31 mars 2016, dans le cadre des Ateliers du Féminin du Centre Tao à Paris

 

www.1001fecondites.com

estelle@1001fecondites.com

https://www.facebook.com/1001fecondites/

 

 

 

 

Enregistrer

Découvre comment doubler tes chances de succès pour tes essais bébé





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFERT ! Accédez gratuitement à l'atelier vidéo : Essais bébé - 5 pièges à éviter pour booster votre fertilité -->Cliquez ici