Aside

Ce que vous mangez, et en quelle quantité, peut avoir des conséquences sur votre capacité à concevoir un bébé : des conséquences positives ou négatives. Voici quelques unes des bonnes résolutions à prendre liées à l’alimentation afin d’augmenter vos chances d’être enceinte.

Améliorez votre alimentation entre 3 mois et 1 an avant de concevoir

Atteignez votre poids idéal !

Vous pouvez essayer de perdre un peu de poids (ou en gagner si vous êtes trop mince) pendant la durée de vos « essais bébé ». Il est recommandé de garder un poids le plus proche possible de son poids idéal pendant la période de conception. En effet, un surpoids ou un sous poids peuvent réduire vos chances de créer la vie. Consultez cependant toujours votre médecin avant de vous lancer dans un régime ou un programme sportif.

Suivez un programme d’alimentation sain

Manger sain signifie d’avoir un régime équilibré et d’éviter les aliments riches en sucre, comme les gâteaux ou les desserts.
Il est (comme toujours d’ailleurs) recommandé de manger varié pendant la période d’essais de conception. Ces aliments incluent :

  • Des fruits et légumes : frais, surgelés, en conserve, secs ou sous forme de jus. L’idéal : 5 portions par jour.
  • Les aliments contenants des glucides : le pain, les pâtes, le riz et les pommes de terre.
  • Des protéines contenues par exemple dans la viande maigre ou le poulet, le poisson, les œufs ou les légumes secs (lentilles, haricots secs).
  • Du poisson, au moins deux fois par semaine, dont au moins un poisson gras, comme le thon frais (pas le thon en conserve qui n’est pas considéré comme un poisson gras), le maquereau, les sardines ou la truite.
  • Des aliments riches en fer, comme la viande rouge, les légumes secs, les fruits secs, le pain, les légumes vert et les céréales enrichies du petit déjeuner, pour gonfler vos réserves en fer en préparation de la future grossesse.

Pour favoriser l’assimilation du fer par votre organisme, il est utile de combiner des aliments ou des boissons riches en vitamine C, comme des fruits, des légumes ou un verre de jus de fruit, à votre repas riche en fer.

Augmentez vos apports en acide folique

Pour tout le monde, un peu plus d’acide folique serait bien utile, et pas juste pour les femmes enceintes. Une incidence entre la quantité de vitamine B9 ingérée et une diminution des risques d’attaques cardiaque, d’infarctus, de cancers et de diabète a été mise en lumière. Commencez cette supplémentation dès le jour d’arrêt de votre méthode de contraception et jusqu’à la 21e semaine de grossesse.
De plus, il est vivement conseillé de garder une alimentation riche en acide folique. Vous trouverez cette vitamine indispensable, entre autres, dans :

  • Les légumes à feuilles vertes : épinards, le cresson ou la mâche
  • La levure en paillettes (à saupoudrer par exemple dans vos salades)
  • Les haricots verts, petit pois, radis, courgettes, asperges, avocats
  • Les noix, noisettes, châtaignes,
  • Les légumes secs (pois chiches, lentilles, etc.)
  • Le riz complet, les pains et céréales enrichis.

Freinez votre consommation d’alcool !

En Europe, on recommande de ne plus boire pendant la grossesse. Un petit pictogramme vous le rappellera sur les bouteilles d’alcool tout au long de la grossesse, regardez bien, on voit une future maman avec une barre prônant le « zéro alcool ». Le fœtus en plein développement peut être affecté par une absorption intense ou rapide d’alcool. Pour ne pas vous inquiéter inutilement des risques pris pendant les premières semaines : « oubliez » l’alcool.

Anticipez la réduction de votre consommation de caféine

Il n’existe pas de preuves formelles de l’incidence des boissons caféinées (thé, café, sodas) sur les problèmes de fertilité. Néanmoins, il est fortement conseillé de limiter leur consommation de caféine : pas plus de 3 tasses de café léger par jour. Dans le cadre de votre préparation à la grossesse, vous pourriez déjà freiner votre consommation de caféine contenue dans les sodas et le café. Vous serez ainsi habituée à une consommation plus raisonnable même avant que bébé ne soit conçu. Pour vérifier votre consommation moyenne actuelle, sachez que 200 mg de caféine représentent :

  • 2 tasses de café instantané (100 mg chacune)
  • 2 tasses de café moulu (100mg chacune)
  • 4 tasses de thé (50 mg chacune)
  • 5 cannettes de cola (jusqu’à 40 mg chacune)
  • 4 (50 g) barres de chocolat noir (jusqu’à 50 mg chacune).

Bon à savoir : Dans le chocolat au lait, il y a deux fois moins de caféine que dans le chocolat noir.

Ce qu’il faut également éviter

  • D’absorber trop de vitamine A. Il faut donc éviter le foie et les produits à base de foie comme le pâté et d’éviter de consommer des suppléments vitaminés qui contiennent de la vitamine ou de l’huile de foie de poisson. Vous avez besoin de vitamine A, mais si vous en consommez trop, votre bébé pourrait en souffrir.
  • Les poissons contenant du mercure, comme le requin l’espadon ou le marlin. Ne consommez pas plus de deux steaks de thon par semaine (environ 140 g cuits, et 170 g crus). Un taux élevé de mercure peut affecter le développement in utero du système nerveux de votre bébé.
  • Le soja et les produits à base de soja qui contiennent des phyto-estrogènes.
  • Les produits enrichis en phytostérols destinés aux personnes qui ont « trop de cholestérol ».

Votre médecin traitant ou votre gynécologue peuvent vous en dire plus sur ce qu’il faut privilégier ou éviter pendant votre projet de grossesse.

 

Enregistrer

Découvre comment doubler tes chances de succès pour tes essais bébé





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFERT ! Accédez gratuitement à l'atelier vidéo : Essais bébé - 5 pièges à éviter pour booster votre fertilité -->Cliquez ici